La pieuvre de la rue Mansard va finir engloutie (mais il y a peu de chances que ce soit dans le ventre de la mer).

Une page se tourne dans l’histoire de notre association. Il est temps en effet pour le bâtiment industriel arborant le graff de la fameuse pieuvre de quitter définitivement les parages d’une ville dont les eaux féroces se révèlent bien peu adaptée à la quiétude de ce genre de gros animaux industriels qui n’y barbotent qu’à grande peine.

Nous nous souvenons que nous avions adopté spontanément la grandiloquente figure du site pour bannière à l’occasion de nos premières médiations. Et nous nous souvenons aussi, sans savoir s’il s’agit là d’une sujet de honte ou de gloire, que la conservation de sa façade, future fronton en toc massif sur la rue Anatole France, reste à ranger au titre de nos maigres trophées patrimoniaux dans une ville où, disons-le, le renouvellement urbain ne s’encombre guère de sentimentalisme.

Vue en 2018 avant les interventions survenues sur les ilots voisins

La liste des individus de l’espèce encore observables relève désormais d’un club très privé, une caste de privilégiés en quelque sorte.

Fort heureusement les promoteurs, qui ne sont pas au chômage à Villeurbanne, restent sur le pied de guerre, et leurs harpons portent d’autant mieux qu’il leur arrive de dormir avec. Pourtant conservons à l’élan de notre hommage son geste lyrique : au trivial et rebattu « océan d’oubli » préférons dans notre dédicace « océan de béton à granulats denses ou à billes polystyrène ». Et accompagnons à sa juste mesure cette perle dans son dernier voyage, jusqu’au fond, là où s’amasse certain nombre de carcasses bien plus fameuses encore et déjà entrées dans la légende.

Demande d’autorisation de Voirie pour Duby & Lozachmeur (série O, Rize)

Les associés Duby & Lozachmeur fondèrent ici un atelier de mécanique qui fêtera son centième anniversaire d’ici peu de mois, si et seulement si le reste du corps survit à l’amputation des bâtiments dont la démolition a commencé il y a quelques jours. Combien d’inventions métalliques à mettre au compte des deux ingénieurs ? Les bâtiments balayés, aucune histoire ne le dira plus.

Ce site d’ailleurs n’accueillera aucun projet commun d’envergure, ses volumes amples et ingénieux n’inviteront au rafraichissement d’aucune expérience sociale, ses bras à aucun renouvellement du génie urbain, son futur s’écrit dans les lignes habituelles.

Derniers jeux de lueurs verdâtres le long des murs pour « la pieuvre »

Mais ce n’est pas grave car l’espace dégagé permettra bientôt d’accueillir XXX nouveaux logements (montant que nous arrondissons au centième le plus proche par souci d’exactitude).

Avec une formule de bienvenue d’usage quelque peu anticipée, nous souhaitons évidemment tout le courage nécessaire aux futur-e-s résident-e-s, surtout dans l’éminence des futurs épisodes caniculaires, porteurs en effet d’un programme barbecue à cuisson lente mais nette, à échéance des prochaines décennies.

Mais s’il n’est pas trop tard nous recommandons aux indécis-e-s de plus verts horizons, là où l’oxygène circule mieux qu’aux cœurs des métropoles.

Des stores bannes semblables à des méduses qui s’animent sous l’effet d’un courant mauvais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.